Articles et actualités

Vous trouverez ci-dessous quelques articles sur des thèmes associés à Pathfinder.

Sur la droite vous pourrez retrouver les améliorations apportées par chaque nouvelle version du logiciel.

Novembre 2020

Simulations de type Monte-Carlo

Avec Pathfinder sont fournis un ensemble de scripts permettant d’exécuter Pathfinder depuis la ligne de commandes. Ces scripts peuvent s’employer pour générer des variantes d’un modèle Pathfinder afin de tester la variabilité de certains paramètres, notamment la sensibilité à des conditions initiales, sur les résultats de simulation et/ou contribuer à valider des distributions (normale, uniforme, log-normale, etc.) utilisée en entrée du modèle. Procédure et syntaxe à utiliser sont brièvement décrites à la fin de ce document.

Le recours à des variations aléatoires sur plusieurs réplications d’un scénario de simulation, avec l’analyse statistique appropriée qui en découle, permet une interprétation probabiliste des multiples données résultantes, fort appréciée dans le monde de la recherche et des spécifications techniques professionnelles (par exemple RiMEA en Allemagne).

Comment Pathfinder utilise la méthode Monte-Carlo

La simulation de type Monte-Carlo proposée avec Pathfinder permet de modifier l’emplacement des occupants, leur profil et leur comportement, générant ainsi une distribution des conditions de démarrage de la simulation. Toutes les simulations prévues sont ensuite exécutées et produisent chacune leurs fichiers de résultats. Un utilitaire comme gnuplot permet de synthétiser les observations et de tracer des résultats globaux.

Avec Pathfinder 2020.5

Alors que les versions antérieures ne permettaient qu’un positionnement entièrement aléatoire, la dernière version de Pathfinder propose trois options pour les pièces qu’un occupant est susceptible d’occuper :

0 – Uniquement dans la pièce où est l’occupant,

1 – Dans n’importe quelle pièce contenant un occupant de positionnement aléatoire (cela exclue des pièces réservées),

2 – Dans n’importe quelle pièce non désactivée

L’exemple ci-dessus montre comment le paramètre –room_rule affecte le positionnement aléatoire des trois occupants sur un grand nombre de simulations. Avec ce contrôle sur les emplacements, l’analyse est plus réaliste et plus fiable.

Une aide propose désormais un rappel des options possibles.

Procédure et syntaxe

L’accès à l’outil ne s’effectue pas depuis Pathfinder, mais depuis l’invite de commandes Windows. L’emploi classique de ces simulations de type Monte-Carlo s’effectue en trois étapes :

  1. Exécutez montecarlo_createcases.bat depuis l’invite de commandes Windows pour générer des variantes d’un modèle source (ainsi que des fichiers BAT pour lancer les simulations et recueillir les résultats).
  2. Lancez toutes les simulations en double-cliquant sur le script _run.bat.
  3. Visualisez les résultats cliquant sur le script  _results.bat.

Voici quelques exemples d’emploi où modele.pth est le modèle servant de base à l’analyse de scénarios.

Exemple 1 : Aléatoire pour tous les occupants

« C:\Program Files\Pathfinder 2020\montecarlo_createcases.bat » modele.pth 20

Cette commande génère 20 variantes de modele.pth avec un positionnement et un profil aléatoire pour tous les occupants.

Exemple 2 : Avec un filtre Exclude

« C:\Program Files\Pathfinder 2020\montecarlo_createcases.bat » modele.pth 20 –exclude=Occupants/RDC

Cette commande génère 20 variantes de modele.pth avec un positionnement et un profil aléatoires pour tous les occupants sauf ceux dans le groupement « Occupants/RDC ». La chaîne de l’argument PATHSPEC recoupe tout ou partie du chemin où figure l’occupant dans l’arborescence des groupements.

Avril 2020

Avec l’épidémie de COVID-19, Thunderhead Engineering a entamé une réflexion et a ajouté quelques outils d’analyse nouveaux dans Pathfinder, afin de pouvoir évaluer sous l’angle de la distance entre les occupants divers scénarios de déplacement de personnes. Il s’agit d’abord de rendre plus visibles des données relatives à la distance minimum entre les agents durant une simulation.

Leur démarche est présentée dans un document téléchargeable.

N’hésitez pas à nous faire part de vos propres réflexions.

L’application de visualisation 3D de PyroSim et de Pathfinder, Results, permet désormais de créer, enregistrer et charger des fichiers de configuration de visualisation de résultats. Ce qui est appelé pour faire court une “configuration” est un ensemble de paramètres définissant comment les résultats FDS (ou Pathfinder) doivent être chargés et affichés, ainsi que des informations de visualisation complémentaires, telles que des vues, des visites guidées, des paramètres couleur ou temporels, des annotations, etc.

Les fichiers de configuration Results ont l’extension .pfrv lorsqu’ils ont été créés depuis Pathfinder Results ou .smvv lorsqu’ils ont été créés depuis PyroSim Results. Lorsque des résultats Pathfinder ou FDS sont affichés pour la première fois à la suite d’une simulation, un fichier de configuration est automatiquement créé et enregistré (nom sur la base du fichier PTH ou PSM).

Les commandes concernant les fichiers de configuration sont celles cerclées de vert, celles concernant les fichiers de données de résultat sont celles cerclées d’orange.

L’utilisateur peut créer plusieurs fichiers de configuration avec des jeux de données différents (FDS et Pathfinder) et un paramétrage différent. Ainsi pourra-t-il réutiliser des configurations antérieures, ou enregistrer plusieurs configurations pour de mêmes données de résultat. La gestion des fichiers en est aussi simplifiée, car il existe désormais un seul fichier de configuration regroupant des informations auparavant stockées dans trois fichiers différents (*.pfrmeta, *_resultsviews.json et *_session.json), ainsi que d’autres paramètres de visualisation qui n’étaient pas stockés du tout.

L’incendie physique, et l’évacuation des personnes qui en découle : c’est ce qu’en toute logique Thunderhead Engineering, le concepteur de Pathfinder et de PyroSim, tend à vouloir réunir. Des fonctionnalités qui existent déjà, et d’autres en préparation.

Lire l’article complet

Dans un article paru dans FeuerTRUTZ International, Laura Künzer, psychologue qui étudie les comportements humains en situations exceptionnelles, pointe certains mythes sur les conduites lors d’évacuation, mettant en relief des réactions complexes dont devrait tenir compte quiconque doit modéliser une évacuation..
Premier mythe : les gens quittent les lieux lorsqu’ils entendent l’alarme – sauf que c’est bien moins évident que cela !
Deuxième mythe : les gens vont vers la sortie la plus proche – sauf que cela va souvent contre leur premier mouvement…
Troisième mythe : les gens n’essaient pas de marcher dans la fumée – sauf s’ils sont persuadés qu’il est bien de le faire.
Quatrième mythe : les gens paniquent et ne pensent qu’à eux-mêmes – sauf dans une majorité de cas !
Ces éclairages montrent que prendre en compte la complexité des réactions humaines est indispensable pour augmenter l’efficacité des plans d’évacuation – et il faudrait pour commencer mieux étudier et documenter cette variabilité d’attitudes.
C’est vrai aussi lorsqu’on veut simuler ces évacuations, car un logiciel qui se veut vraiment professionnel doit permettre de modéliser chaque type de réaction humaine.

Lire l’article complet

Janvier 2017

Les commandes de débogage incluses dans Pathfinder sont souvent mal connus des utilisateurs. L’information y semble réservée aux développeurs « avancés » : elle est présentée en anglais, et de manière moins intuitive. Cependant, dans certaines situations la fenêtre de débogage peut fournir des informations que l’on ne trouve pas ailleurs, car plus de 100 paramètres sont disponibles dans cette fenêtre.

Pour ouvrir la fenêtre de débogage, cliquez sur le bouton Debug en cours de simulation. La géométrie du modèle est présentée à l’instant courant de la simulation, à côté de listes de paramètres. Les tableaux sur la droite fournissent des informations sur les occupants, le maillage de navigation, les ascenseurs, etc.

Comprendre pourquoi un occupant est bloqué

Parfois des occupants sont bloqués dans le modèle, et une raison habituelle est que par mégarde l’escalier ou le palier d’arrivée de l’escalier n’a pas d’espace vertical suffisant pour les agents s’y déplacent. Si Pathfinder signale des occupants bloqués et que vous ne comprenez pas immédiatement pourquoi, utilisez le débogueur pour voir où sont ces occupants et inspecter la zone alentours.

Suivre pas à pas les décisions des occupants

Pour voir ce qui amène un Occupant à prendre une décision dans une situation de flux contraire, de congestion ou d’angle, vous pouvez examiner le détail des calculs pour un occupant particulier à un instant précis. L’option Debug Simulation du menu Simulation permet de démarrer la simulation en pause au temps zéro, et d’avancer en pas à pas (et en avance rapide jusqu’au moment qui vous intéresse). À chaque étape de temps et de calcul, vous pouvez voir ce qui se passe, et comprendre les décisions à leur niveau le plus détaillé.

Accéder à des informations uniques

L’onglet Elevator affiche des informations sur les conditions de déchargement des agents et la planification des trajets. L’onglet Vehicle Agent informe sur les assistants. Chaque onglet vous fournira des détails qui pourront contribuer à vos propres décisions et améliorations du modèle.

Octobre 2015

Daniel Swenson, membre de l’équipe de développement technique de Thunderhead Engineering, publie une étude intéressante comparant plusieurs géométries autour d’un escalier.

Les simulations avec Pathfinder ont confirmé une corrélation en fonction de la géométrie du palier. On observe un comportement résultant provenant des décisions individuelles prises par les occupants sur l’escalier et à l’étage. Pour une arrivée Adjacente, le flux provenant de l’étage courant est favorisé. Pour une arrivée Opposée, les deux flux sont à peu près équilibrés. Ces différences ont été confirmées par des données expérimentales.

Dans le cas de la géométrie opposée, le flux a été limité par la capacité de l’escalier sortant, et c’est ce point qui a déterminé le temps de sortie total. Mais dans le cas de la géométrie adjacente, le flux a été réduit par la forte densité qui s’est développée sur le palier, là où les deux flux devaient se mélanger. La conséquence en a été de plus longs temps pour sortir.

Lire l’article complet

Mars 2016

Lors d’une évacuation, une tendance naturelle est d’emprunter un trajet habituel

Même si ce n’est pas le trajet optimisé pour une sortie rapide, il est observé que certaines personnes instinctivement rebrousseront chemin vers la porte qui leur a servi à entrer, plutôt que d’emprunter une issue jusque là inconnue.

Un simple modèle d’exemple montre par quels paramètres rendre compte de ce type de comportement.

Lire l’exemple complet (pdf)

Version 2020.5 de Pathfinder

Version 2020.4 de Pathfinder

Version 2020.3 de Pathfinder

Version 2020.2 de Pathfinder

Version 2020.1 de Pathfinder

Version 2019.3 de Pathfinder

Version 2019.2 de Pathfinder